Quelles sont les techniques d’identification du chat ?

 

Les différentes techniques d'identification du chat

Les différentes techniques d’identification du chat

 

Il existe 3 méthodes différentes pour identifier votre animal de compagnie : le collier, le tatouage et la puce électronique :

 

collier d'identification du chat

Le collier d’identification du chat

Collier

Le collier n’est pas un moyen d’identification officielle et c’est donc pourquoi il n’est pas conseillé. Il n’est pas reconnu aux yeux de la loi.

 

 

 

 

 

tatouage d'identification du chat

Tatouage d’identification du chat

Tatouage

Le tatouage se fait à l’intérieur de l’oreille droite du chat à l’aide d’un dermographe. C’est la même technique utilisée pour les tatouages humains. L’opération se réalise sous anesthésie générale. Le tatouage se compose de lettres et de chiffres.

 

Le principal avantage est que le tatouage peut être lu immédiatement. Ainsi, la personne qui récupère le chat perdu sait de suite que l’animal n’est pas errant ni abandonné. Elle sera moins tentée de vouloir l’adopter.

 

L’inconvénient du tatouage est qu’il a tendance à s’effacer au fil du temps et d’autant plus si le chat est sujet régulièrement à des otites. Cette infection aura pour conséquence d’épaissir la peau du pavillon de l’oreille. Ajouter à cela que le matou égaré ne se laisse pas toujours facilement triturer l’oreille ! Du coup, pour toutes ces raisons, il n’est pas toujours très facile de déchiffrer le tatouage.

 

A noter que depuis le 3 juillet 2011, les animaux de compagnie dont les chats qui sont amenés à voyager dans les pays de L’UE, doivent obligatoirement être équipés d’une puce électronique. Le tatouage à l’oreille ne suffit plus pour que votre matou voyage avec vous. Si l’animal a été tatoué avant le 3/07/2011, il pourra cependant garder les anciens privilèges et donc pourra voyager.

 

 

Puce électronique d'identification du chat

Puce électronique d’identification du chat

Puce électronique

La puce électronique (ou transpondeur) doit être implantée par le vétérinaire sous la peau de votre chat. On la place au milieu de l’encolure gauche, au niveau de la gouttière jugulaire gauche de l’animal. Afin d’injecter sous la peau le petit dispositif de la taille d’un grain de riz, on utilise une seringue. Il n’est pas nécessaire d’anesthésier le félin pour faire l’opération et une simple sédation peut être administrée pour que le matou ne stresse et ne bouge pas. La localisation de la puce électronique peut variée suivant les pays.

 

Pour décrypter les données enregistrées sur la puce, le vétérinaire utilise un lecteur spécial qu’il positionnera près de l’encolure du chat, là où se situe la puce. Lorsque cette dernière est détectée par l’appareil, celui-ci fait un bruit de sifflement et à ce moment-là, le numéro d’identification apparaîtra sur le lecteur. Le numéro affiché est composé de 15 chiffres.

 

L’avantage de la puce électronique est qu’elle ne se détériore pas avec le temps et qu’elle se lit très facilement grâce au lecteur. De plus, la puce s’implante facilement sous la peau du chat et il n’y a pas besoin de l’endormir. De plus, l’opération ne dure que quelques minutes et n’est pas réellement douloureuse. Enfin, c’est aujourd’hui la seule technique d’identification homologuée pour les chats qui voyagent à l’étranger.

 

Le principal inconvénient vient du fait que la puce est invisible et que peu de gens ont le réflexe d’amener un chat perdu chez le vétérinaire en pensant qu’il n’est pas identifié.

 

 

CONCLUSION

Parmi ces 3 techniques d’identification, la puce électronique est la plus avantageuse. En plus d’être la seule homologuée aux yeux de la loi pour emmener votre chat avec vous à l’étranger, cette technique n’est pas douloureuse et se réalise en seulement quelques minutes. La puce ne se détériore pas avec le temps et est facilement lisible avec le lecteur dont disposent tous les vétérinaires et associations animales. La puce est également la plus fiable des moyens d’identification.