bandeau du haut races-de-chat

Le Chat des Pampas (ou Colocolo)

 

chat des Pampas - Colocolo

Le Chat des Pampas (ou Colocolo)

 

logo Races-de-chat

 

  • Histoire et origine du Chat des Pampas (ou Colocolo)

Le chat des Pampas, nom scientifique Leopardus colocolo, est également connu sous le nom de Colocolo. C’est un animal sauvage, ressemblant au chat domestique, légèrement plus petit. Il fait partie des petits félins les plus courants d’Amérique du Sud. Il côtoie différents milieux géographiques du continent. Le Chat des Pampas est le 4e plus petit chat sauvage du continent Sud-Américain.

 

Classification

Les scientifiques ne sont pas d’accord sur la classification du Chat des Pampas. A l’origine, il correspond à une seule espèce de félin présente sur l’ensemble du territoire du continent Sud-Américain. Or, depuis les années 1990 et des études morphologiques du Colocolo, des scientifiques estiment qu’il faut diviser le Chat des Pampas en 3 espèces distinctes. Pour arriver à ce résultat ils partent du principe que ce félin a des caractéristiques physiques différentes, notamment au niveau de la fourrure, suivant la région où il habite.

Ainsi, même si des études plus poussées, au niveau génétique, n’ont pas validé cette théorie, les scientifiques voudraient reconnaître les 3 espèces de Leopardus suivantes :

  • Chat du Pantanal (Leopardus braccatus)
  • Chat des pampas (Leopardus pajeros)
  • Colocolo (Leopardus colocolo)

Actuellement, l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) valide le Chat des Pampas en tant qu’une seule espèce englobant donc le Leopardus braccatus, le L. pajeros et le L. colocolo. Il faudra attendre les résultats d’études génétiques plus poussées pour que l’UICN puisse trancher définitivement sur le statut de l’animal.

Il y a 8 sous-espèces de Colocolo, dont chacune réside sur une zone géographique bien définie :

  • Leopardus colocolo – Amérique du Sud : Centre du Chili
  • Leopardus colocolo braccatus – Amérique du Sud : Nord de l’Argentine, Brésil
  • Leopardus colocolo budini – Amérique du Sud : Argentine
  • Leopardus colocolo crespoi – Amérique du Sud : Nord-Ouest du Chili
  • Leopardus colocolo garieppi – Amérique du Sud : Bolivie, Equateur et Pérou
  • Leopardus colocolo munoai – Amérique du Sud : Uruguay
  • Leopardus colocolo pajeros – Amérique du Sud : Argentine, Chili
  • Leopardus colocolo thomasi – Amérique du Sud : Equateur

Le Colocolo est une des 7 espèces appartenant au genre Leopardus. Il possède, comme les 7 autres espèces, 18 paires de chromosomes (soit 36 chromosomes), au lieu de 19 paires pour tous les autres félins.

 

Arbre phylogénétique du genre Leopardus

arbre phylogénétique du Chat des Pampas (Colocolo)

arbre phylogénétique du Chat des Pampas (Colocolo)

 

Zone géographique

On trouve le Chat des Pampas notamment sur les hauts plateaux herbeux d’Amérique du Sud, la pampa, et des régions avoisinantes du Centre-Ouest, d’où son nom.

Il vit également plus au sud du continent, dans les régions plus arides du Chaco et du Cerrado, en pleine savane.

Enfin, le Colocolo peut habiter en altitude jusqu’à 5000 m, dans les montagnes des Andes, pour les individus les plus hauts observés. S’il a le choix, le chat des Pampas sera plus à l’aise à des altitudes inférieures à 3500 m comme dans le nord de l’Argentine. D’ailleurs, le terme Colocolo signifie « chat de montagne », dans la langue de la tribune indienne Mapudugun du Chili, où se situent les Andes.

Le chat des Pampas vit principalement dans la région Ouest du continent Sud-Américain, à l’exception des zones côtières. Il est présent en Equateur, Chili, Paraguay, Pérou, Colombie, Bolivie, Patagonie et Argentine.

En plus de la pampa des prairies ouvertes, le Colocolo fréquente les forêts d’épineux et forêts ouvertes mais aussi les zones marécageuses, les déserts froids semi-arides, les broussailles et les plaines inondables. A l’inverse, le Chat des Pampas évite les forêts tropicales de plaine.

carte de l'habitat du Chat des Pampas (Colocolo)

carte de l’habitat du Chat des Pampas (Colocolo)

 

Similarité avec le Chat des Andes

Il ne faut pas confondre le Colocolo avec le « Chat des Andes » Leopardus jacobita dont il est le plus proche parent. Le chat des Andes vit exclusivement, comme son nom l’indique dans les Andes. Il y a 7 espèces du genre Leopardus. Leur ancêtre commun a atteint le continent Sud-Américain il y a entre 10 et 12 millions d’années. Suivant où réside le Colocolo, son apparence physique n’est pas tout à fait la même. Son pelage est par exemple tacheté pour les individus vivant dans les Andes, en haute altitude. Or, le chat des Andes est lui aussi, tacheté. Cela devient donc plus difficile pour les différencier, surtout qu’ils ont tous deux la même corpulence. De manière générale, le chat des Andes est plus grand que le chat des Pampas.

 

Espèce menacée

Le Colocolo est un félin très discret qui se laisse rarement voir. Il devient de plus en plus menacé, non pas par la chasse mais plutôt à cause de son habitat, qui comme de nombreuses autres espèces, ne cesse de se réduire, d’année en année. Actuellement, la pampa ou le cerrado Sud-Américain s’amenuise à un rythme effréné, plus que la forêt Amazonienne.

L’UICN classifie le Chat des Pampas (Colocolo) en tant qu’espèce quasi-menacée.

Il est interdit de chasser le chat des Pampas dans plusieurs pays d’Amérique du Sud : Chili, Argentine, Paraguay et Pérou. La chasse y est aussi réglementée dans ces pays.

A l’inverse, le félin ne dispose d’aucune protection et de réglementation au Brésil et en Equateur.

De plus, du fait que le chat des Pampas ne soit pas assez étudié, on ne connait pas avec exactitude à quel point les différentes populations sont menacées.

Les menaces d’hier et d’aujourd’hui sont différentes. En effet, à l’époque, le Colocolo était chassé pour ses fourrures. Entre 1976 et 1979, 78 000 peaux ont été vendues en Argentine. Heureusement, le commerce s’est arrêté en 1987. De nos jours, le problème est bien différent car il provient de son habitat qui se réduit à très grande vitesse. Les pampas d’Argentine et d’Uruguay, sont par exemple, converties en terre agricole et en pâturage.

 

 

  • Caractéristiques physiques du Chat des Pampas (Colocolo)

Le Chat des Pampas (ou Colocolo) est un petit félin robuste mesurant entre 70cm à 1,05m de long, avec une longueur de queue d’environ 30 cm. Il a une hauteur au garrot de 30 à 35 cm. Il pèse entre 3 et 7 kg.

La fourrure est très épaisse. Les poils sont longs, surtout au niveau du dos, et peuvent atteindre 7 cm de long. D’ailleurs, il n’hésite pas à hérisser tous ces poils lorsqu’il se sent en danger afin de paraitre plus menaçant. Le Colocolo a une crinière au niveau du bas du dos.

La robe du Colocolo est différente suivant la région où il se trouve. Globalement, le chat des Pampas a un pelage soit uni soit tacheté :

Chat des Pampas au Pelage uni :

La robe est très souvent de couleur gris-brun à roux. Il peut y avoir des tâches floues sur le corps. Le bout de la queue ainsi que des pattes sont noirs. Sur le haut des pattes, il y a des rayures de couleur noire.

On retrouve également des Chats des Pampas au pelage uni, à la robe plus grise. Ils ont des marquages sur le corps de couleur brun-roux. Les pattes ont des rayures de couleur brun-roux aussi. La queue est annelée.

D’autres spécimens, toujours au pelage uni, ont la robe dans les tons gris cette fois encore, mais ont uniquement quelques rayures noires sur les pattes.

Il y a des individus entièrement noirs. Dans ce cas, on parle de Colocolo mélaniques.

Chat des Pampas au Pelage tacheté :

La robe du Colocolo est principalement de couleur gris à gris-fauve. Sur le corps, il y a des tâches plus ou moins soutenues, de couleur brun-roux. Elles sont horizontales et parcourent le long des flancs.

Il existe aussi des chats des Pampas, au pelage tacheté, qui ont une robe de couleur gris-brun voire grise. Leurs tâches sur le corps sont plus petites que chez les autres spécimens et elles sont plus foncées, plus noirs.

 

Le menton ainsi que le museau sont de couleur blanche.

Les moustaches (vibrisses) des chats des Pampas sont plus foncées que le reste du corps.

Le revers des oreilles est plus foncé. Les extrémités sont pointues. Les oreilles ont des couleurs différentes suivant si l’animal vit plus au nord ou plus au sud du continent Sud-Américain. Ceux vivant plus au nord ont des oreilles grises avec une tâche blanche à l’arrière. Les animaux résidant davantage dans le sud du continent ont des oreilles de la même couleur que celle de la robe.

Les pattes ont des bandes de couleur brun, plus foncés chez la plupart des chats des Pampas.

La queue du Colocolo est courte et broussailleuse. Elle est annelée.

 

 

  • Mode de vie du Chat des Pampas (Colocolo)

Le chat des Pampas (Colocolo) est un animal exclusivement carnivore. Principalement, il se nourrit de différentes volailles (domestiques), de cochons d’indes et aussi d’oiseaux qu’il chasse lorsqu’ils sont posés sur le sol. Il peut aussi manger différents petits vertébrés qui croisent sa route. Il n’hésite pas à s’attaquer aux volailles d’élevage chez les habitant.

Le Colocolo est principalement nocturne. En réalité, on ne connait pas bien son mode de vie. De plus, c’est rare de l’enregistrer en photo et caméra à déclenchement automatique. Il est très discret. On sait que c’est un grimpeur habile mais rien nous prouve qu’il grimpe aux arbres pour chasser et manger.

Le Chat des Pampas se reproduit entre Avril et Juillet. Les femelles ont une période de gestation d’environ 80-85 jours. Chaque portée est composée de 2 à 3 chatons voire même qu’un seul, ce qui est peu comparé aux chats domestiques.

Le Colocolo a une espérance de vie d’environ 9 ans, en captivité. Le record actuel est de 16,5 ans pour les rares individus vivant en captivité dans les zoos d’Amérique du Sud. Il est difficile d’élever un chat des Pampas en captivité. Très peu de zoos en possèdent et encore moins arrivent à les faire rep    roduire. D’ailleurs, seulement un zoo, situé en Uruguay, le zoo de M’Bopucuà est arrivé à faire reproduire des Colocolo et à avoir régulièrement des petits. Cependant, on ne connait pas précisément son espérance de vie dans son milieu naturel, à l’état sauvage.