bandeau du haut races-de-chat

L’alopécie du chat

 

alopécie féline

Alopécie chez le chat

 

logo Races-de-chat

 

L’alopécie chez le chat désigne une ou plusieurs zones du corps dépilées, plus ou moins importantes.

L’alopécie féline peut être causée par l’anxiété. On parle alors d’alopécie « psychogène » lorsque le stresse est développé pendant la jeunesse du chat et l’alopécie est dite « psychosociale » lorsque l’anxiété est liée à son quotidien ainsi que son environnement. Le résultat est le même dans ces deux cas de figure.

L’alopécie féline peut également venir de diverses allergies et maladies.

Il existe différents degrés d’alopécie féline, allant de cas bénins aux cas beaucoup plus graves. Le chat s’arrache les poils et peut même aller jusqu’à se faire des plaies qu’il rouvre sans cesse. Cela empêche la repousse des poils.

Ce comportement anormal peut survenir chez toutes les races. Il faut donc intervenir au plus vite et demander de l’aide auprès de son vétérinaire pour qu’il puisse déterminer la cause exacte de la pathologie.

 

 

Causes de l’alopécie chez le chat

 

Les zones dépilées sur le corps du chat sont dues à deux phénomènes. Une des raisons est liée aux démangeaisons. En se grattant ou se léchant à répétition sur une zone bien définie du corps, l’animal va s’arracher les poils.

L’alopécie féline peut également survenir alors que le chat ne se gratte pas, sans démangeaisons. De ce fait, la zone dépilée provient d’une perte subite de poils.

 

L’alopécie féline peut être liée à de nombreuses maladies ou pathologies :

  • Stress / Ennui : L’alopécie est de type psychogène. Le chat aura tendance à se gratter et à se lécher de manière répétitive lorsqu’il s’ennuie. De même, lorsqu’il est stressé, dans un environnement urbain et exigu par exemple, le félin se rassurera là-encore en se grattant. Cela occasionnera une perte de poils au niveau du ventre, sur la queue ou entre les pattes postérieures.
  • Maladies parasitaires : La teigne est une infection provoquée par un champignon qui va proliférer dans les poils et la peau du chat. La dépilation aura lieu sur les zones où le parasite se multipliera et prendra la forme d’un petit cercle qui s’agrandira au fil du temps. Il existe d’autres parasites telles que la gale ou la démodécie pouvant entraîner une alopécie féline mais sont plus rares.
  • Allergies : Différentes allergies peuvent causer une alopécie féline provoquant ainsi des démangeaisons excessives. Les réactions allergiques alimentaires provoquées notamment par les ajouts de produits chimiques en sont des exemples. Les piqûres de puces engendrent souvent une alopécie due également à des réactions allergiques. On peut noter également les allergènes du pollen et les acariens. Enfin, les réactions à des traitements médicamenteux peuvent aussi être un risque.
  • Douleurs : Lorsque le chat a mal quelque part, il arrive qu’il se lèche une zone du corps spécifique pour tenter de calmer la douleur. Si celle-ci perdure, les poils finiront par s’arracher.
  • Maladies endocriniennes : Certaines maladies en lien avec la thyroïde ou le taux de stéroïdes tels que le diabète ou l’hyperthyroïdie par exemple entrainent des dérèglements hormonaux qui vont perturber le cycle de vie des poils.

 

 

Diagnostic de l’alopécie féline

 

Il est important d’aller consulter le vétérinaire dès l’apparition de zones dépilées sur le corps du chat. Suivant les causes de l’alopécie, il est primordial de ne pas attendre pour consulter.

  • Dans un premier temps, le vétérinaire examinera la forme et l’aspect général de la ou les zones dépilées. Suivant si les poils sont tombés ou arrachés, cela peut donner de précieux indices quant à la cause de l’alopécie féline.
  • On peut regarder si la peau est lésée ou non.
  • A la loupe, on peut examiner s’il y a présence de crottes de puces ou d’autres parasites.
  • On peut également utiliser une lampe spéciale (lampe de Wood) pour vérifier la prolifération du champignon lié à la teigne.
  • Le vétérinaire pourra faire une biopsie, en prélevant un morceau de peau, qu’il examinera au microscope, afin de déterminer la présence ou non de mycose.
  • On peut aussi faire des tests allergiques sur la biopsie.
  • En ce qui concerne les maladies endocriniennes, il faudra faire des analyses sanguines.
  • Pour repérer les alopécies félines de type psychogène, le vétérinaire posera tout une batterie de questions en rapport avec l’environnement et le mode de vie du chat (ex. habitat appartement/maison, présence ou non d’autres animaux, type de nourriture, etc…).

 

 

Traitement de l’alopécie chez le chat

 

Le traitement de l’alopécie féline dépendra du diagnostic établi par le vétérinaire.

Lorsque l’alopécie est liée aux réactions allergiques ou aux maladies, le vétérinaire prescrira des traitements locaux et médicamenteux. Dans un premier temps, des shampoings adaptés à la peau et à la fourrure devront être appliqués avec de la crème en usage cutané et des antiseptiques. Dans un deuxième temps, si le problème persiste ou nécessite plus de soins, il faudra administrer des antibiotiques. Dans certains cas d’alopécie due aux puces par exemple, un traitement antiparasitaire suffira.

Pour l’alopécie chez le chat, liée à une maladie endocrinienne, un traitement médicamenteux permettant de rééquilibrer les taux d’hormones sera utilisé.

Pour tous les cas d’alopécie psychogènes liées au stresse de l’animal, le traitement sera complètement différent. Un comportementaliste et éducateur félin serait d’ailleurs plus utile dans ce genre de situation.

Dans un premier temps, on pourrait voir à adapter un régime alimentaire spécifique. Dans certains cas, cela peut fonctionner. Il y a de fortes chances, que le spécialiste administre des antidépresseurs afin de calmer le chat. Il faudra alors en parallèle découvrir la cause exacte de l’anxiété de l’animal menant à l’alopécie.